04/04/2006

Elle est partie de ma vie...

 

 

Ca y est c'est fait...
 
Elle m'a quitté depuis hier soir..
On s'est embrassé une dernière fois dans la chaleur de notre divan...
Lorsque je l'ai porté à mes lèvres je ne pensais même pas à son départ..
Comme si c'était écrit...j'ai profité de l'instant et n'ai plus pensé à rien.

Après des années passées ensemble, pour les meilleurs et les pires moments.
 
Elle était toujours là pour moi...fidèle et prête à essuyer mes angoisses, mes stress et mes attentes...
 
Elle était là quand j'attendais le train ou lorsque je stressais pour une raison x ou y...
 
Toujours, elle était là...

Elle m'a accompagnée dans toutes sortes de soirées...

Au restaurant, en discothèque ou lorsque j'allais boire un verre avec des amis, sa blondeur ne me quittait pas...
 
Elle m'a fait passer de très bons moments mais aussi de mauvais.
Parfois, elle m'étouffait...on était trop complice, trop intimement liés...
 
Trop...cela en était trop !
On s'était déjà séparé quelques fois, quelques jours quelques semaines. Dix mois même...c'était notre plus grosse séparation...puis on s'est remis ensemble...
 
Mais, on courait droit à notre perte...comme si c'était écrit....
 
On ne pouvait plus continuer comme cela, elle m'empoisonnait la vie, elle m'empechait de respirer, m'interdisais de courir et de vivre....
Triste sort.....
 
Mais aujourd'hui, elle est partie....
 
A sa mémoire, je dépose un tatouage sur mon épaule gauche comme pour mieux encaisser la séparation....
 
Je sais qu'on ne se reverra plus jamais....
Ou peut-être la verrais-je embrasser d'autres lèvres....
 
Mais pour moi c'est fini....
 
Plus jamais on ne s'embrassera...plus jamais....
 
On a passé de très bons moments et à jamais je garderais ces instants complices et personnels que seuls nous deux connaissons...
 
Va en paix....je garderais en mémoire la sveltesse de ton corps, le goût de tes lèvres, ta blondeur et ta légèreté qui m'était si agréables.
 
Parfois les moments seront durs sans toi...lorsque je suis seul.
Et quand je verrais ces autres qui eux peuvent encore te goûter, j'aurais dur à supporter cette solitude.
 
Puis le temps passera…. et je t'oublierais.

Je t'ai aimé....
Je t'ai aimé....
 
Mais aujourd'hui un nouvel air se présente à moi, le printemps est là et je tourne la page...
 
Je veux vivre et ne plus être esclave de toi.
 
 
Adieu cigarette, adieu.....

18:44 Écrit par D | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

ON S' EN BRANLE BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!! BENNY CACA !!!!!

Écrit par : Benny | 04/04/2006

question tu lui as fait une faciale ou bien ?

Écrit par : nicco | 04/04/2006

PUTAIN D'MERDE toute l'équipe BDC t'accompagne dans ta douleur...

Écrit par : grosjube | 04/04/2006

ooooooo Les rails ...c'est pas ceux de dachaux?????

C'est bien d arreter pour ne pas finir en fumé ..( la fumé, les rails ,à droite butane, à gauche propane et au milieu zyclon) Bref. Félicitation.

Écrit par : chris von 88 | 06/04/2006

Thanks... ...a lot !

On essayera de tenir le coup.

Quant aux rails, sais pô te dire, celà vient d'une banque d'images.

Tschuuus !

Écrit par : Désiré | 06/04/2006

Bravo Salut, quoi qu'il en soit, toutes mes félicitations pour ce pas très certainement difficile à franchir...

A très bientôt, et courage, t'as pris la bonne décision !

Greg

Écrit par : Greg | 07/04/2006

halalala he ben greg, quand t'aura fini de dire des conneries, peut etre qu'on aura moins envie de fumer...

Écrit par : grosjube | 07/04/2006

Les commentaires sont fermés.