24/11/2005

.:: Upside - Down ::.

Salut à tous et à toutes.
 
La vie est bizzare parfois.
 
Voici une semaine, ma vie prenait un tournant vertigineux dans le bon sens du terme.
Pas mal d'évènements se présentaient à moi (ou étais-ce moi qui allaient vers eux ?) et me faisaient la promesse d'une ascension vers un bien-être, une harmonie et un équilibre formidable.
 
JE VIVAIS A FOND !
 
Tout a commencé Vendredi passé alors qu'au boulot on organisait la traditionelle fête annuelle de la St-Eloi. C'est une fête terrible, surtout dans ma boîte où ils ne lésinent pas sur les moyens : boissons à volonté gratuites, service chauffeur sur le parking (votre voiture est à 20m du chapiteau mais vous ne voulez pas y aller à pied ? Prenez un taxi! si si si ! c'est la vérité), ambiance du tonnere, chapiteau monté pendant une semaine pour l'évènement , sono du tonnerre et .... pas moins de 1000 convives (nous sommes 4000 dans la société....).
 
A cette soirée je me suis littéralement éclaté et fais fi de tous mes stress, angoisses et craintes. Je me suis laché à fond. J'ai dansé et dansé et encore dansé, et bu et bu et bu (oui je sais c'est pas bien mais c'est très rare dans mon cas). Puis parlé, parlé, parlé et rencontré plein de gens et retrouvailles.
 
Je m'étais approprié la piste de danse. J'étais l'espace d'une soirée le dieu de la piste (pas comme Travolta encore mais presque....). Mes collègues se mettaient en cercle autour de moi et m'admiraient. Ils m'imitaient. J'étais bien.
 
Mon côté séducteur avait refait surface aussi mais sans le vouloir. La gente féminine m'accordait des regards envoûtants, des clins d'oeil, des rapprochements, des sourires....
 
J'étais bien mais bien ! Une collègue m'a même dit que je l'intriguais. Normal, elle n'avait jamais vu aussi déluré.
 
L'autre partie de la soirée était faite de retrouvailles, de présentations, de nouvelles rencontres et de découvertes de gens dont je ne soupçonnais pas leur personnalité sous-jacente.
 
Bref, cette soirée fût magnifique!
 
Le lendemain, j'avais rendez-vous chez ma thérapeute (je suis des séances de facsiathérapie pour essayer d'harmoniser mon corps et mon esprit avec ma vie). On a travaillé sur un niveau plus profond de mon corps, débloqué des sensations et des façons d'être. C'était fordmidable !
 
La nuit qui suivit cette séance, je sentais (je ne sais comment l'expliquer !) mon corps qui changeait, qui s'adaptait à ma NOUVELLE VIE.
 
Le Lundi, retour au boulot. Les gens étaient totalement différents avec moi, très respectueux. Ils parlaient de moi à d'autres collègues mais en bien ! Waouw, je n'osais plus croire que celà existait!
 
Ce jour là j'ai dû faire une présentation à une réunion comme tous les mois. Je n'ai rien changé au contenu ni à la façon de présenter. Mais à l'issue de cette présentation, mes collègues m'ont félicité pour la présentation en disant que j'avais super bien parlé, que c'était intéressant et que j'avais présenté comme un orateur professionnel !

 

Le Mardi, j'avais eu contact téléphonique avec quelqu'un qui avait trouvé mon site de Webdesign via mon blog !  C'était formidable. Même dans les projets professionnel et au niveau rencontre humaine tout s'améliorait !


 
Je n'en revenais pas de tout ce qui m'arrivait ! LA VIE S'ADPATAIT A MOI !!!!!!
 
Je choisissais aussi de ne plus me mettre en colère. D'ailleurs celà se faisait naturellement. Mon corps et mon esprit ne voulaient plus tomber dans un comportement négatif et destructeur. Tous deux laissaient passer les maux, les observant tout au plus sans leur accorder la moindre importance. Je me sentais DETACHE des choses inutiles.
 
Mais ! Parcequ'il y a un mais.........
 
Aujourd'hui un collègue m'a littéralement sapé le moral ! Il m'a critiqué sur ma façon de bosser et sur le fait que je n'avais pas avancé dans mon boulot alors que j'avais donné toutes mes tripes dans le boulot aujourd'hui !!!!!!!
 
La pilue était mal passée et de nouveau, je suis retombé dans une colère, un négativisme et une destrcution massive !
 
Comment ose-t-on péter le moral à quelqu'un de la sorte, comment ose-t-on faire des remarques aussi désobligeantes alors que lui même n'est pas nickel dans son job ???
 
Les gens ont parfois du culot c'est dingue !
 
Et comme d'habitude, je lui ai dis ma façon de penser mais de façon gênée....Je n'ai pas eu un dialogue constructif avec lui. Je me suis retenu de lui faire des remarques. Je n'ais pas OSE.......
 
En fait J'AURAIS DU lui parler après que la colère soit passée. J'aurais du lui demander "Que critiques-tu au juste dans mon job, qu'est ce qui ne va pas, quelles sont les solutions que TU proposes ?"
 
Le dialogue....voilà la solution à tous les maux !
 
Je crois que demain je vais lui parler et lui dire que j'ai mal perçu ce qu'il m'a dit, que J'AI un problème avec celà.
 
En bref être constructif !
 
Upside - Down... il y a des hauts (beaucoup) et parfois des bas, des remous...mais celà tend à prouver une chose....c'est que je vais vers un mieux. Lorsqu'on surfe en haute mer, il ya parfois des grosses vagues mais c'est pour mieux s'approcher de la terre promise.
 
Sur ce bonne paroles, je vous souhaite tout le bonheur que vous désirez.
 
Et n'oubliez pas,
 

Peace On Earth
Respect Yourself
Kiss Your Identity















22:03 Écrit par D | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

salut... très intéressant ton post: l'assertivité avant tout!!!faire passer l'émotion après ; tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de foncer...
et pui et puis y a les manipulateurs qui connaissent nos points faibles et qui nous défient car ils savent qu'on va s'affaiblir...
tu dois en tirer une leçon pour la prochaine fois...
Bon week end et merci aussi de tes commentaires; ils étaient très positifs... ;-)))Lol.

Écrit par : soloamor | 26/11/2005

et toi ? étais -tu satisafait de ton travail ?
Ce collègue est -il placé pour faire des remarques de ce genre, c'est son job , ce qu'il doit faire ?
je crois que la prochaine fois , tu ne lui demande pas de "conseil", tu ne te justifie pas non plus.
Tu dis "je suis satisfait de ce que j'ai fait, je ne t'ai pas demandé ton avis, donc, garde le pour toi , et si tu as une critique constructive à me faire, j'écoute"
Et tu lui cloue le bec comme ça ! ! ! !

Écrit par : longuesjambes | 29/11/2005

(suite ) ...Parce que - je voulais encore te dire ça - si tu permets à chaque personnes qui viendra te dire ce qu'elle pense de toi, de ton travail ou de ce qui te concerne -ALORS que tu ne lui demandais aucun conseil, - en allant après leur demander des justifications ou en leur proposant de pousser plus loin leur critique, tu ouvres à ce genre de personnage la porte ouverte à continuer à te critiquer ! C'est presque comme si tu leur disais ensuite "au fond, tu as raison, vas-y continue ! "
NON ! ILS ONT TORT !
Un avis critique ne se donne que si quelqu'un le demande ou si cette personne est placée pour cela.
Je ne sais si tu lui en as déjà parler mais ne lui dit rien ! Garde la riposte pour une prochaine fois.

les manipulateurs viennent pomper notre bonne énergie car ils n'en ont aucune. ET ils le font en allant détruire la bonne énergie chez le autres par des petites remarques assassines.

Écrit par : longuesjambes | 29/11/2005

Benny CAC !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!! Benny CACA !!!!

Écrit par : Benny | 12/12/2005

molle, si molle

Écrit par : Couille | 13/12/2005

Les commentaires sont fermés.